transformation numérique PLM

Le numérique réinvente le dirigeable du futur

Concevoir un dirigeable pour un transport plus écologique et économique, tel est le pari de FLYING WHALES avec le développement du LCA60T.  Pionnière dans ce domaine pour transporter du bois et d’imposantes pièces industrielles dans des régions du monde sans infrastructure, l’entreprise française choisit les dernières technologies numériques pour mener à bien un projet d’une telle envergure. La plateforme 3DEXPERIENCE® de Dassault Systèmes devient son référentiel en s’appuyant sur la méthodologie du CDA (Company Digital Alignment) développée par CENIT-KEONYS.

KEONYS : Pouvez-vous nous expliquer le projet de FLYING WHALES et ses principaux enjeux

Jessica Cohen : FLYING WHALES développe un grand programme industriel lancé par la France puis rejoint par la Chine en 2017 et par le Canada en 2019. Ce projet s’articule autour de deux axes majeurs :

  • Un programme aéronautique avec le développement du LCA60T, un dirigeable rigide pour le transport de point à point (qui s’affranchit de toute infrastructure de transport) de charges lourdes (jusqu’à 60 tonnes) ou volumineuses, en soute ou sous élingues, à bas coût, et à très faible empreinte environnementale,
  • Une société d’opérations qui opérera les LCA60T pour ses clients finaux, et qui gèrera à terme sur les trois continents une flotte d’environ 150 LCA60T et leurs bases, avec des centres de contrôle pour chacune des régions d’opération.

L’entreprise FLYING WHALES fait face à de nombreux défis et enjeux qui sont d’ailleurs de formidables opportunités d’innovation.

D’un point de vue commercial, le premier enjeu était, dès le départ, de démontrer qu’il existe bel et bien des débouchés de marché pour cette solution de transport inédite. Dès le lancement du programme, l’Office National des Forêts (ONF) s’est positionné comme le premier client pour FLYING WHALES. Cette projection à deux a permis de tabler sur des volumes de bois par massif à extraire des forêts françaises dans les années qui viennent et de faciliter le travail des équipes techniques en termes de conception. Aujourd’hui, en plus de l’ONF, FLYING WHALES est en passe de signer ses premiers contrats, dans le secteur de l’éolien par exemple.

D’un point de vue industriel, les dimensions hors norme de cet aéronef sont bien sûr un défi majeur. Une équipe dédiée à l’industrialisation de ce concept de dirigeable a produit des méthodes d’assemblages propres au LCA60T pour assurer une production rapide, efficace et répondant à des normes de sécurité importantes pour protéger les opérateurs.

Enfin, d’un point de vue environnemental, FLYING WHALES a la volonté de développer une solution participant à la poursuite du développement humain, synonyme de plus de richesse, de santé et d’éducation, tout en minimisant au maximum l’impact de cette solution sur l’environnement, prérequis à ce développement. Ainsi, par essence, cette solution aéroportée n’a que très peu d’empreinte environnementale en opération puisqu’elle ne nécessite pas d’infrastructures de transport et que le LCA60T ne consomme pas d’énergie pour voler, c’est-à-dire s’extraire de la gravité. Par ailleurs, sa propulsion hybride électrique et prochainement tout-électrique grâce à une pile à hydrogène, est un exemple de notre volonté à proposer une solution de transport qui prend en compte les enjeux de notre temps.

 KEONYS : Dans quel contexte la démarche du CDA s’est-elle inscrite ?

JC : FLYING WHALES s’appuie sur les simulations numériques afin de caractériser notre système au maximum avant de lancer la production. Très exigeante en termes de réflexion pour la mettre en place, cette stratégie de prototypage virtuel assurera une très bonne qualité dans toutes les phases du cycle de vie du dirigeable LCA60T.

Nos principaux axes de réflexions convergeaient vers la mise en place :

–  d’un mode de travail plus collaboratif et structuré,

–  d’outils et processus répondant aux exigences des certifications

–  de l’intégration de l’ensemble des partenaires industriels et technologiques

Le CDA avait donc l’objectif d’encadrer cette démarche de développement autour de la maquette numérique et de bien saisir nos besoins pour optimiser nos méthodes de travail et d’identifier nos priorités dans le temps.

KEONYS : quels sont les principaux axes que le CDA a mis en exergue ?

JC : Grâce au CDA, nous avons pu identifier des thématiques qui répondent aux priorités de développement de l’entreprise. Ce travail a également permis de mettre en avant des solutions allant dans le sens de nos priorités. Deux valeurs sont ressorties en particulier : la collaboration et la qualité.

En ligne avec ces valeurs, la première étape du déploiement sera de créer une base de travail reposant sur une structure produit configurable. Cette base permet ainsi une collaboration qui est à la fois contrôlable pour respecter nos normes de certification et souple pour favoriser une collaboration dynamique.

KEONYS : Comment s’est opérée la collaboration entre les équipes de FLYING WHALES et de CENIT- KEONYS ?

 JC : La collaboration de FLYING WHALES et CENIT – KEONYS date depuis plusieurs années. Ce partenariat s’est matérialisé notamment en choisissant de travailler avec la plate-forme 3DEXPERIENCE® de Dassault Systèmes. Nous avons décidé de continuer cette collaboration au-delà du CDA pour réaliser la première étape de la feuille de route du déploiement du PLM.

KEONYS : Et du côté de CENIT-KEONYS ?

Philippe Delahaye, PLM Business Consultant KEONYS: Nos équipes travaillent avec FLYING WHALES pour la mise en place du CDA depuis février 2020. C’est un projet captivant en termes de développement durable et qui incarne la volonté de s’inscrire dans l’industrie du futur. Les collaborateurs de FLYING WHALES fourmillent d’idées pour réussir ce projet audacieux tant sur le plan environnemental que sociétal. L’étude du CDA que nous avons menée a permis de très vite identifier le besoin d’avoir un référentiel numérique commun à tous les métiers de l’entreprise : les responsables de programmes, les ingénieurs systèmes, les ingénieurs calcul, les architectes produit, les équipes en charge de l’industrialisation et de la maintenance de l’appareil.  Nous avons par ailleurs défini l’implication des métiers en cohérence avec les différentes étapes du déploiement de la plateforme pour assurer la continuité numérique tout au long du cycle de vie du projet.

KEONYS : Quelles sont les prochaines étapes du projet ?

 JC : La phase d’ingénierie suit son cours chez FLYING WHALES en passant différents jalons de conception. En parallèle, c’est la phase industrielle du programme LCA60T qui est en train de voir le jour. En effet, l’emplacement de la ligne d’assemblage final de FLYING WHALES a été révélé en juillet dernier ; ce sera à Laruscade, au Nord de Bordeaux. La construction de cette usine débutera d’ici un an et l’assemblage du premier LCA60T commencera dans un peu plus de 2 ans. Sur le plan commercial, des contrats et partenariats de long terme avec des clients privés et des acteurs institutionnels étatiques sont en développement et viendront renforcer l’avènement prochain de ce tout nouveau moyen de transport, porte-drapeau de l’aéronautique du 21è siècle.

Le Company Digital Alignment vous intéresse ? Découvrez notre page web dédiée !
Événement à venir:

Ne manquez pas notre prochain webinaire pour évoquer la nécessité de la transformation digitale en ces temps de crise. Vous aurez la possibilité de poser vos questions en direct ! Rendez-vous le 17 novembre prochain à 17h00.